Le rôle économique du camp pour la ville

séparation

Le camp fut d'une grande importance pour la ville. Les prisonniers constituaient en effet une main d'oeuvre importante et peu cher.

Les captifs furent ainsi employés dans les Arbeits Kommandos(détachements de travail). Il y en avait différents types: carrières, usines, fermes...
658 détachements de travail sont recensés pour le camp de Quedlinburg (d'après le rapport de Gratien CANDACE).

La ville en elle-même porte toujours les traces de certains travaux, notamment des routes construites par les prisonniers.

route de Quedlinburgcorvéerue du cul à Quedlinburg














séparation

Les Arbeits Kommandos

séparation

Ils sont Français et Russes, volontaires ou non. Ils travaillent pour les Allemands pour des salaires plus ou moins élevés (moins cher que la population de toute manière).

On les appelle les Arbeits Kommandos : les détachements de travail.

Il y en a à l'usine ou aux mines. Ils sont les plus durs...

Nous connaissons quelques détachements grâce :
- aux rapports de la délégation espagnole (la même que celle du camp principal et toujours aimablement envoyée par Laurent Battut)
- par le journal le Tuyau
- par des témoignages de prisonniers

Il en existe 5 connus dépendants du camp de Quedlinburg:
- Atzendorf: la mine Marie (mine de charbon brun),
- Eisenbahnmeisterei d'Aschersleben: usines de guerre,
- Gewerkschaft Ludwig II, et Bergkohlen à Stassfurt: mines de potasse, de sel et de charbon
- Halberstadt: charcuterie qui produit notamment des saucisses en conserve,
- Schönebeck : peut-être une usine de moteur d'avion (pas de certitudes)

mines de Quedlinburg

Cette photographie de prisonniers de guerre a été prise devant une mine dépendante de Quedlinburg (nous supposon qu'il s'agit de celle de Stassfurt).

Il est à noter que dans ces détachements "Les blessures mortelles par armes blanches ou par coups de fusil ne sont malheureusement pas rares dans les mines ou les usines (Darmstadt,Friedrichsield, Giessen, Landbuf, Ludwigsbourg, Quedlinbourg, Wittenberg).
Extrait du rapport de Gratien CANDACE

D'autres prisonniers, plus chanceux sont envoyés aux champs.

Les sous-officiers (normalement exemptés de travail) "ont été, dans leurs camps d'origine, l'objet de vexations diverses, puis envoyés dans des formations spéciales. Ils ont été astreints non seulement à des corvées d'intérieur et de jardinage (à 5 et 8 kilomètres du camp), commeà Grossporitsch, Schneidemull, Quedlinbourg, Zerbst, mais ont dû aussi travailler à l'assèchement de marais (détachements de Soltau, Naggerburger, Moor, Neuekirchen,Gustiow,Konigsmoor,etc..)
Extrait du rapport de Gratien CANDACE

Sur la carte ci-dessous apparaissent :
- en rouge le camp principal
- en bleu les détachements de travail
- en vert détachements dans des fermes.

les Arbeits Kommandos de Quedlinburg